GUILLAUME DUMAS

Docteur en Neurosciences Cognitives de l’Université de Paris 6

Centre de Recherche de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière à la Pitié-Salpétrière.

 

 


Son cursus se veut scientifique et multidisciplinaire avant toute chose.

Tout commence par des classes préparatoires qui le conduisent à l’Ecole Centrale Paris en 2004. Dès la première année, il suit les cours du soir de l’Université d’Orsay et obtient une Licence de Physique Fondamentale en 2005. Jusque là persuadé de poursuivre dans l’astrophysique ou la mécanique quantique, une rencontre improbable lui conseillera pourtant de regarder en direction des Sciences Cognitives. Intrigué, il s’arrange l’année suivante pour travailler comme ingénieur « indépendant » au sein du laboratoire d’Alain Berthoz au Collège de France. Il travaille alors sur l’installation d’une plateforme de réalité virtuelle et participe à un projet de recherche sur la navigation spatiale chez l’humain. L’expérience lui donne envie d’aller plus loin et après avoir reçu son diplôme d’ingénieur en 2007, il décide de suivre le master recherche en Sciences Cognitives de Paris. Entre l’École Normale Supérieure et l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, les cours de philosophie le passionnent autant que ceux d’imagerie cérébrale. Cela le conduira à faire sa thèse en Neurosciences Cognitives qu’il a soutenu en octobre 2011. L’objectif était de mieux comprendre les processus cérébraux qui sous-tendent l’interaction sociale. Pour cela il a utilisé et développé pendant trois ans des nouvelles méthodes, comme celle de l’enregistrement simultané de deux cerveaux.

Il poursuit actuellement ses travaux et enseigne à l’Université Pierre et Marie Curie dans le domaine des mathématiques et des neurosciences cognitives. Parallèlement, il chronique pour l’émission « Recherche en Cours » sur Alligre FM et s’intéresse à l’art numérique et la vidéo. Depuis plus de 5 ans, il a pris part à de nombreux collectifs artistiques et de médiation scientifique. A travers eux, il cherche à transmettre sa passion pour la science et celles pour l’esthétique et l’interactivité.